French (Fr)Български (България)
Accueil Publications Interviews 3 questions à... Sylvie VARTAN

Sylvie VARTAN,

artiste française née le 15 août 1944 à Iskretz (Bulgarie).

Sa famille s’est réfugiée en France en 1952.  Elle commence sa carrière artistique en 1961. La même année elle fait ses premiers pas sur la scène de l’Olympia. Mondialement connue, elle mène une carrière en France et aux Etats-Unis. En 2011 elle fête ses 5O ans de carrière sur scène. Sylvie Vartan dirige la fondation « Sylvie Vartan pour la Bulgarie » http://www.asvbweb.com/

 

1) Quel est le plus grand changement que vous observez en Bulgarie depuis la chute du mur de Berlin?

 Curieusement, j’ai trouvé qu’il y a eu un grand changement pendant ces deux dernières années et, évidemment, par rapport à la première fois quand je suis revenue en Bulgarie en 1990. C’était extrêmement douloureux pour moi de retrouver un pays exsangue. On était très affecté, mon frère et moi, de retrouver le pays tel qu’on l’avait laissé, même en plus mauvais état, avec les gens sans rien, les magasins vides. C’était effrayant. Ca nous replongeait 40 ans en arrière et c’était très triste, mais en même temps, il y avait une espèce d’espoir extraordinaire et de force dans le peuple. Pour moi, ce premier retour en Bulgarie reste la plus forte émotion artistique de ma vie.

 

2) Etes-vous politiquement engagée ?

J’ai mes idées, mais je ne m’engage pas. Je suis pour la liberté, la liberté de pensée, pour une vie meilleure pour les gens. J’ai rencontré votre nouveau Président (Rosen Plevneliev). Je l’avais rencontré à Paris à l’ambassade de Bulgarie et il m’a semblé être un homme tout à fait charmant, voulant vraiment remettre le pays sur pieds, animé et très déterminé. J’espère beaucoup de ce Président.

 

3) Est-ce que la Maritza  est toujours votre rivière, comme vous le chantez dans votre chanson ?

 Oui, c’est un symbole.

 

* une version bulgare de cet entretien a été publiée dans l’hebdomadaire « Politika » http://www.politika.bg/article?id=24622

 

(Propos recueillis par Maria Mateeva)