French (Fr)Български (България)
Accueil Publications Interviews 3 questions à... Peter TOPAREFF

Peter TOPAREFF,

Assistant de programme auprès de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) à Sofia ;

www.auf.org/regions/europe-centrale-orientale

 Ancien élève du lycée de langue française « Alphonse de Lamartine » de Sofia, titulaire d’une maitrise de droit (Université St. Clément d’Ohrid) et d’une maitrise de relations Internationales (Nouvelle Université Bulgare) ;

1) Quel est l’objectif de l’Agence Universitaire de la Francophonie en Bulgarie ? Quels domaines scientifiques sont concernés ?

Cette année l'Agence universitaire de la Francophonie fête son 50ème anniversaire et je vous remercie de l'opportunité que vous m'offrez de présenter brièvement l'Agence à votre public.   Tout d'abord il s'agit d'une association universitaire qui regroupe actuellement 774 établissements membres dans 90 pays différents. Notre mission est d’organiser le partenariat entre les universités du Sud et du Nord dans le but de l'excellence universitaire et la solidarité dans le monde de la francophonie. En Bulgarie, l'AUF est présente depuis les années 90 et je peux dire qu'elle a une présence très visible avec notamment son Institut pour l'Administration et la Gestion (IFAG), les dix universités membres et le Centre numérique Francophone.

Notre politique scientifique est axé autour de trois thématiques prioritaires : État de droit et démocratie ; Environnement et climat ; Développement durable et lutte contre la pauvreté. Au sein de trois des universités membres, l'AUF a soutenu la mise en place et le bon fonctionnement de filières francophones dans différents domaines. La plus ancienne est la filière de Chimie industrielle, crée en 1992 à l'Université de Technologie chimique et de Métallurgie de Sofia. En 1993, à l'Université technique de Sofia, a été crée une filière de Génie électrique et informatique. Les diplômes de ces deux formations sont reconnus par la Commission française des Titres d'Ingénieur, cas unique dans la région. Dans la Nouvelle université bulgare existe depuis 1999 la filière de Sciences politiques, appuyé par un fort consortium international. Toutes ces formations, où l'enseignement est dispensé à 100 % en français, sont recherchées par les étudiants bulgares et de la région. En 2009, une étudiante de la filière de Chimie industrielle a gagné le Prix national de Meilleur étudiant dans les sciences techniques. La bonne insertion professionnelle des étudiants des filières démontre la pertinence et l'excellente qualité de l'enseignement, mais aussi la plus-value, donnée par une formation francophone.  

 

2) Quelles sont les missions du Centre Francophone créé auprès de l’Université St Clément d’Ohrid ? De quels moyens disposez-vous ?

Le Centre Francophone a été crée par l'Ambassade de France et l'Université de Sofia « Saint Clément d'Ohrid » en 2004 et l'AUF s'est joint un an après. La mission du centre, est surtout de soutenir la recherche universitaire francophone dans tous les domaines par la mise en place de ressources francophones spécialisées, bases de données scientifiques, etc., mais aussi de promouvoir la francophonie et les pays francophones et leur culture dans les milieux académiques bulgares. Une autre mission et la rénovation et la professionnalisation des départements d’études françaises et des filières universitaires francophones. Dans le centre, le public à accès à des ouvrages fondamentaux, dictionnaires, encyclopédies, collections spécialisées, une bibliothèque pédagogique et un espace consacré à la presse et aux périodiques francophones. Nous disposons d'une salle de formation bien équipée, ainsi que de neuf postes de consultation numérique. Récemment le poste de notre collègue de l'Institut français à Sofia chargée des bourses du gouvernement français et de l'espace Campus France a été transféré dans le centre. Pour ma part, j'assure aussi la diffusion de l'information sur tous les programmes de l'AUF et surtout les différents types de mobilité étudiante et académique.

http://centrefrancophone-bg.org/

 

3) L’AUF offre des Formations aux Technologies de l’information et de la communication (TIC) et des Formations ouvertes à distance (FOAD). De quoi s’agit-il ?

Oui, les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) ont toujours été une des priorités de l'AUF. Les formations de formateurs dans le domaine des technologies de l'information et de la communication sont conçues sous forme d'ateliers selon trois grands axes : Administration de systèmes et de réseaux ; Conception, création et gestion de systèmes d'information et Développement des technologies éducatives. Les formations sont organisées à la demande d'une université-membre, en réponse à un besoin spécifique d'amélioration des compétences des personnels de celle-ci. Par exemple, une université qui souhaite mettre en place un enseignement à distance ou des cours en ligne, peut se tourner vers nous, pour une formation de création et gestion de cours en ligne.

 Dans la même logique, l'Agence soutient des formations à distance diplômantes, développées par ses universités-membres, en proposant des allocations aux meilleurs candidats. Une cinquantaine de Formations ouvertes et à distance (FOAD) soutenues par l'AUF sont proposées via le site www.foad.refer.org. Les étudiants inscrits suivent des cours à distance mais viennent passer des examens "en salle surveillée" dans les Campus numériques francophones (CNF comme le notre) de l'Agence.

 


(Propos recueillis par François Frison-Roche)