French (Fr)Български (България)
Accueil Publications Interviews 3 questions à... Gueorgui KRALEV

Gueorgui KRALEV,

étudiant à l’Université St Kliment Ohridski de Sofia

G. Kralev est ancien élève du lycée Antoine de Saint Exupéry de Plovdiv. Il est actuellement en licence d’Etudes européennes.

 

 

1) Pourquoi avoir appris le français et pour quelles raisons estimez-vous important d’étudier en français aujourd’hui ?

 

J’ai appris le français et je continue à améliorer mon niveau dans cette langue parce que j’estime qu’elle donne une option supplémentaire en comparaison de l’anglais. Malgré la prédominance de l’anglais, le français reste une langue très importante dans le cadre européen. Peut-être le séjour avec ma famille en Algérie, entre 1990 et 1993, a contribué à l’intérêt que je porte à la langue et à la culture française et, après notre retour en Bulgarie, je suis donc entré en 2002 au lycée bilingue Antoine de Saint Exupéry de Plovdiv. Dans cet établissement, j’étais vraiment intéressé par des matières comme l’histoire et la géographie surtout. Ensuite j’ai décidé de profiter de mes connaissances en français et en histoire bulgare et je me suis présenté aux examens d’entrée à l’Université de Sofia où j’ai été admis en section Etudes européennes.

 

2) Quelles sont les principales matières que vous avez étudiées au cours de vos études ?

 

Les principales matières au cours de mes études à l’Université de Sofia étaient liées au fonctionnement et à la structure de l’Union européenne (UE) : Droit de l’UE, Politiques de l’UE, Histoire de l’Europe et de l’intégration européenne, Gouvernement européen comparé, Droit constitutionnel, mais aussi Droit de l’Homme, Géopolitiques, Economie, etc. Je peux dire que le département d’Etudes européennes à l’université possède de bons professeurs dans ce domaine, capables de bien former les étudiants.

 

3) Que comptez-vous faire à l’issue de votre formation universitaire en Bulgarie ?

 

A la fin de ma formation universitaire en Bulgarie j’envisage de poser ma candidature pour un Master en France lié au domaine de l’intégration européenne. Je suis convaincu que la Bulgarie a besoin de ces spécialistes. Plus précisément, j’aimerais être admis en Master Affaires européennes à Sciences-Po Paris, où je pourrai développer mes connaissances dans la sphère de la politique européenne.


(Propos recueillis par François Frison-Roche)