French (Fr)Български (България)
Accueil

Monsieur Anguel TCHOLAKOV

Ambassadeur de Bulgarie en France

Délégué permanent auprès de l’UNESCO

Propos recueillis par Franck Leducq pour l’Alliance France-Bulgarie

Paris, le 1er juin 2018

1) Monsieur l'Ambassadeur, comment pourriez-vous aujourd'hui définir la relation qui unit nos deux pays ?

La relation qui unit la Bulgarie et la France est une relation d’amitié et de partenariat, fondée sur la confiance et sur des valeurs démocratiques partagées, tant au niveau bilatéral que sur la scène européenne. Elle se poursuit au fil des années dans l’intérêt de nos peuples, dans le respect des traditions et sensibilités nationales, et de l’esprit européen.

Les Bulgares ont toujours apprécié la civilisation française, la langue et la culture, la science et la littérature françaises. La France est perçue comme un symbole de liberté, de démocratie mais également comme un partenaire dans le contexte européen et mondial.

Les rapports entre la Bulgarie et la France ont des racines historiques profondes qui datent du 9-ème siècle. Les relations diplomatiques entre les deux pays sont établies officiellement le 8 juillet 1879. Au cours des années, indépendamment des changements en termes politiques et économiques, la Bulgarie et la France ont su conserver les liens forts qui les unissaient.

L’évènement majeur qui a marqué les relations bilatérales et a donné un nouvel essor à la coopération entre les deux pays au début des réformes démocratiques en Bulgarie est sans doute la visite d’Etat du Président Mitterrand en 1989 et le petit-déjeuner qu’il avait pris à cette occasion avec plusieurs intellectuels dissidents. Cette rencontre symbolique a renforcé encore d’avantage l’appréciation des bulgares à l’égard de la France.

La Bulgarie et la France travaillent côte à côte dans le cadre de l’Union européenne. Nos deux pays ont une grande convergence des positions sur les principaux sujets de l’agenda européen. Nous voulons une Union européenne forte et efficace, stable et solidaire, capable à la fois de répondre aux préoccupations de nos citoyens et aux nouveaux défis du monde d’aujourd’hui.

Les liens entre nos deux pays sont d’autant plus renforcés dans le contexte de notre coopération dans le cadre de l’Organisation internationale de la Francophonie et des valeurs que nous partageons, celles de la paix, la solidarité, l’égalité.

D’autre part, je ne peux que me réjouir du renforcement de la coopération bilatérale entre la France et la Bulgarie dans tous les secteurs d’intérêt commun.

Dans le domaine économique et commercial la coopération entre la Bulgarie et la France connait un redressement au cours des cinq dernières années. Le chiffre d'affaires a augmenté de 50% en 10 ans et en 2017 il a atteint près de 2 milliards d’euros. Le solde commercial est positif pour la Bulgarie depuis cinq ans.

L’agriculture est un autre domaine de coopération qui constitue une priorité commune pour nos deux pays. La coopération s’est intensifiée ces dernières années avec une forte croissance de la balance commerciale agricole (1.2 milliard d’euros en 2016), une significative augmentation des investissements français dans ce secteur et un travail commun dans le cadre de la Politique agricole commune.

Les échanges sont intenses dans les domaines de la culture, l’éducation, les échanges universitaires. Des instituts culturels existent à Sofia comme à Paris et de nombreux événements culturels sont régulièrement organisés.


2) Quelles sont les actions de l'ambassade de Bulgarie à Paris qui vous semblent être les plus marquantes depuis votre prise de fonctions ?

Nous avons eu des moments forts qui ont marqués non seulement les relations bilatérales mais ont aussi contribués à rendre la Bulgarie plus visible, plus connue, plus proche des citoyens français.

En premier lieu nous nous réjouissons du redressement économique et commercial et des grands succès d’investissements au cours des cinq dernières années. D’importants investisseurs français se sont orientés vers la Bulgarie, notamment des sociétés comme Total, Coca-Cola, Latécoère, Thales. Les investissements français en Bulgarie pour la période 2008-2018 atteignent 1,6 milliard d'euros.

En même temps la Bulgarie est devenue plus connue, plus recherchée et appréciée par les touristes français dont le nombre augmente de plus de 20% par an et atteint 170 000 en 2017.

Un évènement phare qui nous a marqué est sans doute l’exposition sur la culture thrace, L’Épopée des rois thraces: Découvertes archéologiques en Bulgarie, qui a eue lieu en 2015 au musée du Louvre et qui a connu un succès remarquable. Elle a été classée parmi les 5 expositions étrangères au Louvre les plus intéressantes. C’était l’occasion de sensibiliser le public français sur notre histoire, notre patrimoine. Nous avons organisé une vraie « saison bulgare » avec beaucoup d’évènements dans le domaine de la culture, l’économie, l’éducation.

La présidence de la Bulgarie du Conseil de l’UE le premier semestre de 2018 nous a offert de nouvelles opportunités d’interaction et d’échanges avec nos partenaires européens en France. L’Ambassade de Bulgarie a organisé une série d’événements, politiques, culturels et autres, parmi lesquelles des rencontres avec le ministre de l’Europe et les Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, le ministre de l’agriculture Stéphane Travert, des expositions et des concerts. Nous organisons le Forum La Planète du goût le 30 mai à l’Ambassade de Bulgarie, un évènement de promotion des produits alimentaires traditionnels ou bio de la cuisine des différents pays du monde. Et nous terminerons notre présidence par une exposition au Louvre du trésor d’or de l’antique capitale bulgare Preslav, intitulée «L’âge des rois bulgares » qui mettra l’accent sur le Siècle d’or de Siméon le Grand.

Je pense par ailleurs à une autre période qui nous a fortement marquée. La Bulgarie s’est tenue aux côtés de la France dans les tragiques circonstances liées aux attentats terroristes perpétrés sur le sol français. Nous étions tous très émus, choqués, mais déterminés à nous associer à la solidarité commune contre ce fléau qu’est le terrorisme. C’est dans cette continuité que le 9 mai 2016, le jour de l’Europe, à l’initiative de la Bulgarie, les 28 ambassadeurs des états membres de l’Union européenne à Paris ont offert chacun un arbre à la ville de Paris, pour rendre hommage aux victimes des attentats et réaffirmer la solidarité européenne dans ces moments tristes pour toute la communauté démocratique.


3) La présidence bulgare du Conseil de l'Union européenne a défini dans ses priorités l'originale promotion des Balkans Occidentaux, pouvez-vous nous dire en davantage ?


La Bulgarie a souhaité profiter de son expertise régionale, sans créer de fausses attentes, pour soutenir les réformes des pays des Balkans occidentaux liées à l’adhésion à l’UE. Notre ambition est de parvenir à un plan d’action clair pour chacun de ces pays, par des mesures concrètes.

Nous sommes convaincus que l'Union européenne a un intérêt manifeste à ce que les Balkans occidentaux soient une région stable, sûre et prospère, dans laquelle les règles et les valeurs européennes sont respectées et partagées. Il est d’autant plus important, non seulement pour la région, mais aussi pour l'Union européenne dans son ensemble, de proposer une perspective européenne tangible pour les Balkans occidentaux, et notamment un dialogue fondé sur le respect des conditions et du principe des mérites propres, la volonté politique et la mise en œuvre de réformes décisives par ces pays.

La présidence bulgare attache une grande importance à l'approfondissement de la coopération régionale ainsi qu'au développement de relations de bon voisinage. Le thème de la connectivité des Balkans occidentaux, qui s'inscrit dans le cadre de ce que l'on appelle le "programme de connectivité" (transports, communications, énergie, éducation et numérique) revêt une importance particulière, étant donné que son objectif est d'améliorer en particulier les liens avec le marché unique de l'UE.

Le sommet UE-Balkans occidentaux qui s’est tenu le 17 mai à Sofia est la première rencontre des dirigeants des pays de l’UE avec les Balkans occidentaux depuis 15 ans. Elle a permis de confirmer la perspective européenne promise aux pays des Balkans, de renforcer les liens face aux défis communs comme la sécurité, la lutte contre le terrorisme et les migrations, de confirmer le soutien de l’UE au développement économique et social de la région, notamment concernant les jeunes et de renforcer la connectivité, les échanges éducatifs et culturels. Nous considérons que cette rencontre a contribué au retour du thème des Balkans occidentaux dans l’agenda de l’Europe et a donné une impulsion forte aux processus de rapprochement des pays de la région avec l’Union européenne.